Sélectionner une page
Les bébés ont-ils besoin de lait de vache après le sevrage ?

07.05.2021

Miam&Fit_les-bébés-ont-ils-besoin-de-lait-de-vache

Alors les bébés ont-ils besoin de lait de vache après le sevrage au lait maternelle ? Nous vous proposons quelques conseils pour bien faire les choses.

La nutrition est compliquée et très CONTROVERSEE. Surtout avec toutes ces informations que l’on peut trouver sur les réseaux sociaux. Et, le lait est un sujet brûlant avec les parents et les soignants. En particulier lorsqu’un bébé s’éloigne du lait maternel ou des préparations pour nourrissons.

Alors que les scientifiques tentent toujours de comprendre le rôle de la nutrition dans la physiologie humaine, il existe des recherches pour aider à guider les professionnels avec des lignes directives et des recommandations.

Il y a eu de nombreuses opinions divergentes concernant le lait de vache avec des croyances comme le fait que le lait de vache puisse contenir des substances comme du sang ou du pus ou que le lait de vache cause le cancer et autre… Beaucoup de personnes ont été totalement perdus. Puis, vient l’alimentation végétarienne, y compris végétalienne, qui divise encore plus les parents avec la publication de l’Académie de nutrition et de diététique (Academy of Nutrition and Dietetics) concernant sa position sur ce régime alimentaire (1) (2). Celle-ci affirme que l’alimentation végétarienne bien planifiée, y compris végétalienne, est saine sur le plan nutritionnel. Et, que cette alimentation est appropriée à toutes les périodes de la vie (grossesse, allaitement, enfance, adolescence, etc…).

Je comprends que la nutrition soit un sujet délicat et que chacun a droit à son opinion. Mais, il est important de passer en revue tous ces faits et de poser les bonnes bases.

1) Le lait de vache est-il essentiel pour les bébés ?

Bon, je pense que jamais un aliment n’a pu causer autant de confusion, soulever autant de questions et semer autant de discordes que le lait de vache… surtout pour les bébés !

Comme si nourrir nos tout-petits n’était pas assez déroutant ! Beaucoup de parents s’interrogent avec toutes ces informations qui circulent. Bon soyons direct et répondons à la question : le lait de vache est-il essentiel ?

La réponse est NON.

D’ailleurs sachez, qu’en France, l’ANSES recommande l’utilisation du lait de vache à partir de l’âge de 3 ans (3). Bien que l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) (4) (5) ou les autorités canandiennes (6) affirment que le lait de vache peut être introduits entre 9 – 12 mois sans risque.

En lisant ceci, peut-être que certains parents seront surpris et d’autres satisfaits. Alors, je comprends que les parents qui suivent eux-mêmes un régime à base de plantes (végétarien ou végétalien) peuvent vouloir trouver une alternative qui fonctionne le mieux pour eux et leur famille. De plus, mise à part la position de l’Académie de nutrition et de diététique, les scientifiques ont noté que les régimes végétariens (en particulier) et végétaliens peuvent offrir une multitude d’avantages.

Mais ATTENTION ! Car certains nutriments contenus dans le lait de vache, comme le calcium, la vitamine D et les protéines, SONT ESSENTIELS ! C’est d’ailleurs pour cette raison que les formulations infantiles (1er lait et 2ème lait) sont préparés à base de lait de vache. Ce qui est parfois difficile d’obtenir dans un régime alimentaire végétarien et végétalien.

2) Les bases de la nutrition pour bébé

Tout d’abord, commençons par comprendre ce dont un enfant en pleine croissance a besoin. Selon une revue systématique des régimes végétariens et végétaliens chez les enfants, les végétariens et, en particulier, les végétaliens doivent prêter attention aux nutriments importants tels que les protéines, le fer, la vitamine B12, le calcium, la vitamine D, les acides gras oméga-3 et l’iode (7). Etant donné que les nourrissons, les enfants et les adolescents ont des besoins caloriques et nutritionnels plus élevés en fonction de leur taille, ils sont particulièrement vulnérables aux insuffisances nutritionnelles.

a. Les protéines

Les protéines sont importantes pour le développement de pratiquement tout ce qui se trouve dans notre corps, des muscles et des enzymes jusqu’aux plus petites cellules. Les acides aminés, les “éléments constitutifs” des protéines, sont enchaînés pour former différentes structures protéiques dans le corps. Il existe 20 acides aminés. Notre corps peut en fabriquer 11 : ce sont les acides aminés “non essentiels”. Alors que 9 ne sont pas fabriqués par notre corps : ce sont les acides aminés “essentiels”.

Sachant que les protéines d’origine animale ont un profil d’acides aminés complet, le profil d’acides aminés des protéines d’origine végétale n’est généralement pas complet, sauf pour le soja, le chanvre, le quinoa et le sarrasin. Tant que vous avez une alimentation variée, vous ne devriez avoir aucun problème à obtenir tous les acides aminés dont vous avez besoin.

b. Le fer

Le fer est important pour le développement du système nerveux central, en particulier dans les premières années de la vie. Car il joue un rôle important dans le développement du cerveau et de la colonne vertébrale, comme la myélinisation (un revêtement autour des cellules nerveuses pour aider à délivrer des signaux = messages). De plus, le fer est important pour le développement des globules rouges, qui transportent l’oxygène dans tout notre corps. Cet apport d’oxygène est important pour la santé du cerveau.

Certaines études rapportent que les enfants végétariens et végétaliens consomment plus de fer que les groupes témoins (8). Cependant, les auteurs notent qu’il est important de comprendre que le fer d’origine végétale a une biodisponibilité inférieure en fer que celui d’origine animale. Par conséquent, les enfants végétariens et végétaliens devraient consommer plus d’aliments d’origine végétales que ceux qui mangent de la viande. Afin d’avoir la quantité en fer nécessaire pour leur bon développement et croissance.

Cela ne signifie pas que les enfants végétariens ou végétaliens ont de meilleures réserves de fer. En fait, ces études montrent tout de même que plus de la moitié des végétariens avaient de faibles réserves de fer. D’ailleurs, l’ANSES recommande de donner à votre enfant des aliments riches en fer comme des céréales enrichies en fer et des viandes ou substituts de viandes, comme les légumineuses, plusieurs fois par jour à partir de 6 mois. Car les réserves de fer d’un nourrison s’épuisent à cette âge.

c. Vitamine D et calcium

La vitamine D et le calcium sont importants pour la santé des os. Les auteurs ont noté que ceux qui suivent un régime végétarien et végétalien sont des personnes à risque  avec une faible teneur en vitamine D et en calcium. Certaines études montrent que les enfants suivant ces régimes avaient des niveaux d’ostéocalcine inférieurs.

Cependant, la vitamine D est difficile à obtenir par l’alimentation seule et la plupart des gens dépendent du soleil pour la synthèse de la vitamine D. Les auteurs de ces études recommandent une supplémentation pour ceux qui vivent dans les régions du nord ou qui ont un pigment plus foncé.

Il est important de noter qu’il existe deux types de vitamines D disponibles via des suppléments : les vitamines D2 etD3.

Si vous choisissez de vous abstenir de produits d’origine animale, la vitamine D2 sera votre choix. Mais, on ne sait pas si la vitamine D2 est aussi efficace que la vitamine D3. ANSES, s’alignant sur les recommandations européennes de l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments),  recommande un supplément de vitamine D de 400 UI pour les jeunes enfants (0 – 18 ans) qui reçoivent du lait maternel et qui n’ont pas de facteur de risque et un supplément de 800 UI pour ceux présentant un facteur de risque (9) (10).

d. Vitamine B12

La vitamine B12 est importante pour le métabolisme humain et les carences peuvent entraîner des problèmes de développement sanguin et cérébral. Pour les nourrissons et les tout-petits, une carence peut entraîner un retard de croissance (croissance insuffisante), des troubles du mouvement et des retards de développement. Les études de revue systématique ont montré que la plupart des enfants recevaient des suppléments pour aider à l’apport de vitamine B12. Car cette vitamine provient principalement de produits d’origine animale. Les auteurs ont souligné que si l’enfant n’était pas “complété”, de graces conséquences sur le développement pourraient survenir.

Par conséquent, les enfants doivent subir un dépistage des carences en vitamine B12 s’ils sont végétariens ou végétaliens.

 

e. Iode

L’iode joue un rôle important dans la production d’hormones thyroïdiennes et peut donc avoir un impact sur le développement mental et physique. Normalement, votre sel de table doit contenir de l’iode. Par conséquent, cela ne devrait pas être un problème, sauf si vous évitez strictement tous les aliments contenant du sel ajouté et utilisez du sel non iodé.

Miam&Fit_les-bébés-ont-ils-besoin-de-lait-de-vache-2

f. Les acides gras

Les acide gras polyinsaturés à longue chaîne (AGPI-LC) sont importants pour le développement visuel et cognitif, la pression artérielle et le système immunitaire. Les deux AGPI-LC les plus connus sont les oméga-3 et les oméga-6. La plupart des gens consomment beaucoup d’oméga-6 dans leur alimentation, mais les oméga-3 peuvent être un peu plus compliqués à  trouver.

Il existe 3 types d’omégas-3 : ALA, EPA et DHA. L’ALA se trouve dans les noix et les graines (broyez-les pour augmenter son absorption), les légumineuses et les produits d’origines animales. Cet oméga-3 est utilisé pour créer l’EPA et le DHA, qui ont l’effet le plus bénéfique sur notre santé.

Mais, cette conversion de l’ALA en EPA et DHA est limitée.

C’est pourquoi il est important de les inclure également dans votre alimentation. L’EPA et le DHA se trouvent pincipalement dans les sources de poisson. Ce qui peut être un problème pour ceux qui évitent les produits animaux. Mais vous pouvez également les trouver dans d’autres produits à base d’algues marines. Et, il existe des suppléments végétaliens que vous pouvez acheter.

Pour obtenir assez d’oméga-3, vous pouvez manger du poisson au moins 2 fois par semaine. Mais si vous évitez le poisson, parlez-en à un diététicien ou un professionnel de la santé ou à votre médecin pour discuter des autres moyens d’obtenir ces nutriments importants.

3) Contenu nutritionnel du lait de vache

Normalement, le lait de vache est recommandé après l’âge de 3 ans. Il est important pour les parents de retenir que : les nourrissons doivent consommer uniquement du lait maternel jusqu’à l’âge de 6 mois. Puis être introduits lentement aux aliments solides.

La raison pour laquelle le lait de vache est la boisson incontournable pour les enfants tient à sa composition.

Par tasse (soit environ 250 mL), le lait de vache (3,25% de matière grasse recommandé pour les enfants d’au moins 3 ans) contient environ 8 grammes de protéines, 300 mg de calcium et la moitié des AJR (apports journaliers recommandés) en vitamine B12. C’est également une bonne source de magnésium, de vitamine A, de riboflavine, de vitamine B6 et d’iode.

Ainsi, le lait de vache est un moyen facile pour votre enfant d’obtenir tous ces nutriments en une seule boisson. (Que les enfants apprécient pour la plupart !). Mais bien sûr, ce n’est pas le seul moyen d’obtenir ces nutriments. Donc, si le lait de vache n’est pas votre truc, ou si vous choisissez de ne pas le servir pour une autre raison (peut-être que votre famille est végétalienne ou que votre enfant a une allergie au lait), sachez que ce n’est pas grave !

Il sera alors important de choisir des aliments complémentaires pour remplacer le lait. Pour que votre bébé reçoive toujours suffisamment de protéines, de matières grasse, de calcium, de vitamine D et d’autres nutriments dont il a besoin.

Bien que les produits laitiers puissent être une excellente source de protéines et de matières grasses, il existe de nombreuses autres sources non laitières. (Pensez à la viande, au poisson, aux œufs, à l’avocat, aux noix, aux graines, etc…)

En ce qui concernant le calcium, les produits laitiers comme le lait, le yogourt, le fromage sont probablement le moyen le plus simple de garantir que votre enfant (et vous) réponde à ces besoins nutritionnels. Si les produits laitiers ne font pas partie du régime alimentaire de votre tout-petit, il peut être un peu plus délicat de s’assurer qu’ils répondent à ses besoins quotidiens.

Miam&Fit_les-bébés-ont-ils-besoin-de-lait-de-vache-3

4) Qu’en est-il des alternatifs au lait de vache pour les bébés et les enfants ?

Alors un message important : les substituts au lait de vache tels que le riz, le chanvre, la noix de coco, l’avoine, la noix de cajou ou les boissons aux amandes ne contiennent pas suffisamment de calories, de protéines ou de matières grasses pour remplacer directement le lait maternel, les préparations infantiles ou le lait de vache.

En effet, si vous lisez les étiquettes des substituts au lait de vache, les boissons aux amandes, à la noix de coco, au chanvre ou au riz sont souvent enrichies en vitamines et minéraux similaires au lait de vache. Mais elles ne contiennent presque pas de protéines ou de graisses alimentaires pour être considérées comme une alternative sûre ou saine au lait de vache pour ce groupe d’âge.

L’utilisation de ces substituts de lait lait de vache à eux SEULS ne fournira pas une nutrition adéquate pour la croissance et le développement des bébés, en particulier avant l’âge de 12 mois.

Il est tout à fait normal de mélanger un smoothie et d’ajouter un peu de lait d’amande ou de mélanger deu lait de coco dans les flocons d’avoine de votre tout-petit. Mais ces substituts du lait de vache ne doivent pas être utilisés pour remplacer le lait de vache, le lait maternel ou les préparations infantiles pour les bébés.

Cependant, le lait de soja peut être approprié dans certaines circonstances. Puisque la version non sucré contient à peu près la même quantité de protéines que le lait de vache.

Dans une tasse de boisson de soja enrichie non aromatisée, vous obtenez environ 7,4 grammes de protéines, la moitié de la AJR de vitamine B12 et 319 mg de calcium. Il contient également des nutriments similaires au lait de vache et est enrichi en vitamine D.

Pour les adultes, c’est certainement une excellente alternative au lait de vache pour répondre à vos besoins en protéines. Cependant les enfants ont besoin de gras et de calories ! Le problème ici est que, parce qu’il est riche en protéines, il remplit un espace précieux dans l’estomac d’un enfant en bas âge. (Qui est tout vraiment tout petit). Mais, le lait de soja ne contient pas autant de matières grasses alimentaires. Et, sans avoir la graisse suffisante, votre tout-petit pourrait développer certaines carences.

Donc continuez plutôt avec les formules de préparations infantiles végétaliennes pour les nourrissons et tout-petits végétaliens jusqu’à l’âge de 2 ans, tout en offrant une tasse de lait de soja avec ces repas.

En utilisant les formulations, vous fournirez toujours à votre enfant les graisses saines importantes dont il a besoin pour une croissance et un développement appropriés jusqu’à la fin de ces deux ans. Il sera alors acceptable de réduire la graisse.

Donc le lait de soja n’est pas la meilleure option. Bien que certains diététiciens le recommandent comme la meilleure option pour les bébés végétaliens et suggèrent d’ajouter plus de matières grasses alimentaires au régime alimentaire du tout-petit (avec des huiles saines, des noix, des graines, etc…).

Il peut y avoir d’autres soucis concernant le lait de soja.

Certaines produits à base de soja conventionnels proviennent de soja génétiquement modifié et peuvent contenir des traces de pesticices ou d’engrais synthétiques. Si cela vous préoccupe, choisissez une boisson de soja biologique. Vérifier soigneusement votre emballage pour assurer que la boisson de soja soit enrichie en vitamines et minéraux (calcium et vitamine D).

Au-delà de la teneur en nutriments, le soja contient des antioxydants appelés isoflavones. Ces antioxydants peuvent protéger contre certaines maladies. Ce qui est une bonne nouvelle ! Les isoflavones ont un léger effet semblable aux œstrogènes. Et, là certaines personnes paniquent un peu. L’œstrogène est une hormone sexuelle qui joue un rôle important dans la reproduction. On peut se demander si le soja ne fera pas passer notre fille à la puberté trop tôt ou si notre fils ne développera pasdes seins d’homme. Ce sont des questions légitimes !

La réponse est surtout que nous ne savons pas.

Très peu d’études ont été menées sur les enfants et la consommation de soja. Et les rares études qui existent sont très petites ou sont financées par l’industrie du soja. Donc…

5) Que faire en cas d’allergie au lait de vache ou d’intolérance au lactose ?

Dans les cas où le lait de vache ne soit pas une option possible (cas où les bébés ou enfants ont une allergie au lait ou sont végétaliens), vous pouvez lui donner une boisson au lait de soja riche en matières grasses, enrichie et non sucrée (“originale”) tant qu’il n’y a pas de problèmes de développement ni de croissance.

En cas de problème, votre enfant devra suivre un régime riche en graisses et en calories. Et, le lait de soja ne suffira pas.

6) Elever un enfant vegan est-il sûr et sain ?

Oui, bien sûr, CELA PEUT l’être. Cependant, vous devez faire preuve de diligence dans la planification de vos repas et vous assurer que la croissance de bébé est suivie par un médecin.

Il y a eu un cas où un couple belge a été condamné à une peine de 6 mois de prison avec sursis pour avoir nourri leur enfant avec un régime lacté “alternatif” qui a conduit à la mort malheureuse de leur enfant (11). Les régimes alternatifs peuvent mettre la vie en danger s’ils ne sont pas raités avec prudence, éducation et soin.

Un autre exemple est une étude de cas en Espagne (12). Un enfant de 11 mois a été transporté à l’hôpital. On lui diagnostiqua un scorbut dû à une carence en vitamine C ainsi qu’en vitamine D. L’enfant avait une ostéopénie, un amincissement cortical, un anneau de Wimberger, une ligne de Frankel, une fracture et une réaction périostée. Ce sont tous des problèmes de développments osseux. Une radiographie également montra qu’il y avait des fractures vertébrales et des larges espaces intervertébeaux. Cela signifie que sa colonne vertébrale était fragile.

Sachez que la vitamine C est un antioxydant important et joue également un rôle crucial dans la synthèse du collagène. Lors de la transformation des boissons à base de plantes, l’activité biologique de la vitamine C disparaît.

Les médecins suggèrent qu’une alimentation complémentaire de fruits (orange, poivrons, kiwi) avec la boisson à base de plantes aurait aidé à éviter cela. Ils notèrent également que l’apport en vitamine C et D, en calcium, en zinc et en fer était bien inférieur aux quantités recommandées pour cet âge. Le nourrison arrêta immédiatement la consommation de la préparation pour nourrissons au lait d’amande. Finalement, ses carences en nutriments se sont améliorées. Il y a eu une amélioration de sa douleur à la jambe. Et, après 8 semaines, il a pu commencer à marcher. Il n’y a cependant aucune information sur les impacts neurologiques.

Ce sont des cas EXTRÊMES ! Je ne veux pas commencer à semer la peur et faire honte à des mamans ici. Je crois vraiment que les enfants PEUVENT prospérer grâce à un régime à base de plantes. Je pense aussi qu’il est important d’y entrer en bonne connaissance de cause et avec une attitude flexible. Ce qui pourrait signifier s’écarter de vos propres idées (en tant que parent) si le régime ne va pas si bien pour votre enfant.

Pour conclure

Les informations contenus dans cet article sont peut être un peu dense. Mais, sachez que j’ai essayé de vous donner un maximum d’informations sur ce sujet sans trop m’écarter du sujet.

Ainsi, il est possible d’inscrire son enfant dans le régime alimentaire du végétarisme. Car le lait de vache n’est pas essentiel pour les bébés, même si cela peut être très difficile. Les parents doivent être extrêmement vigilants pour s’assurer que les nutriments importants que les enfants auraient pu obtenir en grande partie avec les sources animales (protéines, fer, calcium, vitamine B12, etc…) soient satisfaits par des sources végétales. Etant donné qu’une alimentation sélective (alimentation difficile) se produit généralement entre 2 et 7 ans, il peut être difficile de s’assurer que tous les besoins nutritionnels (et les besoins énergétqiues) soient satisfaits avec un régime végétalien strict.

Si l’enfant a moins d’un an, il sera très important que le bébé reçoive encore du lait maternel ou du lait de préparations infantiles jusqu’à l’âge d’un an. Ce sera là que le bébé obtiendra la majorité de sa nutrition. Puis vous pourrez vous concentrer sur les aliments riches en nutriments à base de plantes comme les haricots, les lentilles, les beurres de noix et de graines, l’avocat, les fruits, les légumes et les grains entiers.

Chacun a le droit de manger ce qu’il choisit et nous devons cesser de faire honte à un régime. En même temps, nous devons nous assurer que les enfants reçoivent la nutrition adéquate dont ils ont besoin pour grandir correctement. Un régime végétarien ou végétalien peut convenir. Mais cela demande du travail.

Consultez TOUJOURS un diététicien professionnel et/ou un médecin formé pour faire face à des régimes spéciaux comme celui-ci. Ils ne vous jugeront pas pour votre décision de nourrir votre enfant selon vos valeurs et vos croyances. En fin de compte, nous voulons que les enfants s’épanouissent et grandissent pour devenir des adultes en bonne santé et qui puissent vivre longtemps.

Sachez qu’en tant que professionnel de la santé réglementé, les diététiciens et diététiciennes doivent divulger tout conflit d’intérêts. Comme le fait d’être parrainé par une entreprise ou une industrie. Dans ce cas, nous ne pouvons pas dire “ce produits est meilleur que ce produit”. Et, nous devons donner des conseils équilibrés et fondés sur des preuves.

Il est important pour nous de respecter un code d’éthique qui nous empêche de détourner la recherche scientifique au profit d’une cause. Ce qui signifie que nous sommes dans l’obligation d’examiner les preuves scientifiques et utiliser notre opinion professionnelle de manière impartiale. Cela vous protège, vous et le public !

Commentez et Partagez notre article !

J’espère que cet article vous a plu et vous aidera à guérir votre relation avec votre corps et la nourriture. Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez à nous laisser des commentaires. Nous serons ravis de vous entendre !

Céline Maetti

Diététicienne/Nutritionniste

Je suis moi-même passée par toutes les croyances sur notre santé (régimes, exercices intensifs,...) J'ai traversé de nombreuses étapes avant de réaliser ce qu'on nous cache réellement.
Etudiant pendant plus de 15 ans les recherches scientifiques, je souhaite partager avec le plus grand nombre ce que j'ai pu découvrir. Et c'est avec toute une équipe d'experts dans leur domaine que j'ai construit les programmes Miam&Fit. Mon objectif est d'aider les gens à retrouver la santé et à aimer leur vie !

Si vous avez aimé mon article, laissez moi un petit commentaire laughing.

Vous souhaitez en savoir plus ? Regardez notre page ici.

Bibliographie :

(1) VESANTO M., WINSTON C., et LEVIN S. “Position of the Academy of Nutrition and Dietetics : vegetarian diets” – From the Academy position paper, 2016, 116(12), pp. 1970 – 1980. DOI : 10.1016/j.jand.2016.09.025

(2) Version française de “Position of the Academy of Nutrition and Dietetics : Vegetarian Diets” – LE ROUX-MARINI A. et PANTEL S. https://www.vegetarisme.fr/wp-content/uploads/2017/02/Vegetarisme-Position-2016-AND-version-francaise-1.pdf

(3) ANSES. “Quels lits pour l’alimentation des moins d’un an ?” – ANSES, 2019, article internet. Consulté le 30/04/2021. https://www.anses.fr/fr/content/quels-laits-pour-l’alimentation-des-moins-d’un

(4) EFSA. “Age to start complementaru feeding of infants”, EFSA, 2019, article internet. https://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/Complementary_Feeding_PLS_PDF.pdf

(5) EFSA Panel on Nutrition et al. “Appropriate age range for introduction of complementary feeding into an infant’s diet” – EFSA Journal, 2019, rapport d’expertise. DOI : 10.2903/j.efsa.2019.578

(6) Health Canada. “Nutrition for healthy term infants : recommandations from six to 24 months”, Gouverment du Canada, 2019, article internet. Consulté le 30/04/2021. https://www.canada.ca/en/health-canada/services/canada-food-guide/resources/infant-feeding/nutrition-healthy-term-infants-recommendations-birth-six-months/6-24-months.html

(7)SCHÜRMANN S., KERSTING M. et ALEXY U. “Vegetarian diets in children : a systematic review” – The European Journal of Nutrition, 56(5), pp. 1797 – 1817. DOI : 10.1007/s00394-017-1416-0

(8) VAN DOKKUM W. “Significance of iron bioavailability for iron recommendations” – Biological Trace Element Research, 1992, 35, pp. 1 – 11. DOI : 10.1007/BF02786233

Bibliographie :

(9) EFSA PANEL ON DIETETIC PRODUCTS, NUTRITION AND ALLERGIES (NDA). “Dietary reference values for vitamin D” – EFSA Journal, 2016, rapport. DOI : 10.2903/j.efsa.2016.4547

(10) ANSES. “Vitamine D chez l’enfant : recourir aux médicaments et non aux compléments alimentaires pour prévenir le risque de surdosage” – ANSES, 2021, article internet. Consulté le 30/04/2021. https://www.anses.fr/fr/content/vitamine-d-chez-l’enfant-recourir-aux-médicaments-et-non-aux-compléments-alimentaires-pour#_ftnref2

(11) PEARCE L. “Parents sentenced after baby dies from alternative milk diet” – Huffpost, 2017, article de presse. Consulté le 30/04/2021. https://www.huffingtonpost.com.au/2017/06/14/parents-sentenced-after-baby-dies-from-alternative-milk-diet_a_22223510/ 

(12) IZADI E. “Baby contracts rare case of scurvy after drinking almond milk” – The Washington Post, 2016, article de presse. Consulté le 30/04/2021. https://www.washingtonpost.com/news/to-your-health/wp/2016/01/20/baby-contracts-rare-case-of-scurvy-after-drinking-only-almond-milk/ 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Des conseils exclusifs sur l'alimentation intuitive, la liberté alimentaire et l'acceptation corporelle livrés directement dans votre boîte mail !

Recevez gratuitement nos 5 plans de nutrition ainsi que nos recettes, vidéos et nouveaux articles en matière de bonne santé...

Nous respectons votre vie privée. Toutes vos informations sont 100% sécurisées et ne seront jamais communiquer.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

VOIR D’AUTRES POSTS

Le lait et la mortalité

Le lait et la mortalité

Dans ce 4ème chapitre, nous répondons à la fameuse question : le lait est-il mortel pour notre santé ? Provoque-t-il des maladies cardiaques ou autre mortalité ?

CONNEXION

Des articles sur votre être-bien livré directement dans votre boite de réception.

Pin It on Pinterest

Share This